Association européenne pour la promotion de la pêche durable et responsable

  

Login

Facettes de la Filiere

Les différents types de pêche

Il existe plusieurs types de pêches, qui se distinguent les unes des autres par la durée de sortie en mer du navire, et par le type de poisson pêché.

A chaque type de pêche correspond un type de navire spécifique, qui est adapté à la durée de sortie en mer.

La pêche au large (ou pêche hauturière)

Les navires équipés pour pratiquer la pêche au large peuvent accueillir un équipage de 6 marins, pour des sorties en mer de 20 jours au maximum. Ces navires sont pour la plupart des chalutiers  et des navires artisans, qui mesurent de 16 mètres pour les plus petits à plus de 38 mètres pour les plus grands.

Ils naviguent au large des côtes européennes, et capturent des espèces comme le merlu ou le cabillaud, qui sont congelés à bord ou mis dans de la glace pour être vendus frais à la criée.

Ils représentent 7% de la flotte européenne, mais 52% du total des poissons pêchés en Europe (au poids).

La pêche côtière (ou pêche artisanale intensive)

Ces bateaux représentent à eux seuls plus de la moitié de la flotte européenne, mais seulement moins de 10% du total des poissons pêchés en Europe. Ils sont équipés pour des sorties en mer de 1 à 4 jours, mesurent moins de 16 mètres et peuvent embarquer 4 marins. L’équipage vide, nettoie et met dans de la glace les poissons pêchés.

La petite pêche (ou pêche artisanale)

Les sorties en mer de ces petits bateaux de moins de 16 mètres et ne pouvant embarquer que 3 marins ne peuvent pas dépasser 24 heures. Ils capturent principalement des maquereaux, des anchois, des soles et des sardines, qu’ils vendent dès leur retour au port à la criée ou sur le marché.

Ces bateaux représentent 33% de la flotte européenne, mais seulement 1% du total des poissons pêchés en Europe.

La grande pêche

Les navires pratiquant la grande pêche sortent en mer pour des durées supérieures à 20 jours. Ces navires sont de très grands chalutiers, des thoniers ou des palangriers qui mesurent de 60 à 80 mètres de long, et qui sont équipés pour la pêche en haute mer. Leurs équipages peuvent compter jusqu’à 50 marins, qui pêchent et transforment le poisson directement sur le bateau.

Les navires de grande pêche naviguent vers des zones éloignées, et capturent des espèces très spécifiques de poissons :

  • Les chalutiers pêchent le lieu noir, le cabillaud ou la lingue dans les mers froides.
  • Les thoniers s’orientent plutôt vers les Océans Atlantique et Indien, où l’eau plus chaude est l’habitat du thon.
  • Les palangriers partent pêcher en Antarctique.

En Europe, on compte seulement un peu plus de 150 vaisseaux de ce type, ce qui représente moins de 0,2% de l’ensemble de la flotte européenne, et 28% du total des poissons pêchés en Europe.

Les différentes techniques de pêche

Les techniques de pêche des poissons

La pêche au  chalut

La pêche au chalut est pratiquée par tout type de navire, des plus petits de moins de 8 mètres, aux plus grands d’environ 38 mètres. Ils peuvent sortir en mer pour une durée allant d’une journée à plusieurs semaines et fréquentent les mêmes zones toute l’année.

Les chaluts s’apparentent à des sacs ouverts par deux ailes écartées par des panneaux divergents, pour laisser entrer les poissons. Les navires remorquent un ou deux chaluts à l’aide de câbles en acier enroulés sur des bobines de treuil. Il existe deux types de chalut, les chaluts de fond et les chaluts pélagiques pour la pêche en plein eau. La taille des mailles dans le cul du chalut ainsi que des dispositifs spéciaux sont utilisés pour améliorer la sélectivité du chalut.

La taille des mailles du chalut est réglementée, pour s’adapter aux zones de pêche et aux espèces pêchées. Les espèces recherchées sont nombreuses : merlu, merlan, églefin, cabillaud, julienne, lotte, cardine, sole, limande sole, raie, encornet, seiche et langoustines.

La pêche au filet droit

La pêche au filet droit est une technique de pêche passive. Elle se pratique avec des filets droits, posés en mer la veille et relevés le lendemain. Cette technique peut s’utiliser aussi bien près des côtes qu’en haute mer. Les filets sont rangés dans des parcs et mis à l’eau directement. Le relevage du filet se fait à l’aide d’un vire-filet. Les espèces sont retirées du filet, nettoyées, vidées et stockées au même moment.

Le filet s’adapte au type de poisson recherché, et en fonction des saisons, selon les réglementations. Les espèces pêchées grâce à cette technique sont très nombreuses : le rouget, le lieu jaune, le bar, la sole, le merlu, la lotte, la raie, la julienne… Certains crustacés peuvent également être capturés grâce à cette technique, comme l’araignée et la langouste.


Filets droits
Crédit : FAO

La pêche à la senne ou bolinche

Les sennes sont des filets rectangulaires utilisés en surface pour encercler des bancs de poissons détectés grâce à un sonar. La bolinche est une senne de dimension plus réduite, utilisée pour la pêche côtière.

Le navire tourne rapidement autour du banc de poisson pour refermer le filet autour. Le poisson est ensuite embarqué avec une salabarde, une grande épuisette, et est déversé dans des cuves à eau réfrigérée. Si les poissons capturés ne sont pas ceux recherchés, la senne est rouverte, et les poissons sont relâchés.

Les espèces capturées avec cette technique sont : la sardine, l’anchois en fin de saison, et le gros chinchard en hiver.


Pêche à la seine
Crédit : FAO

La pêche à la ligne et à la palangre

La pêche à la ligne et à la palangre utilisent toutes les deux des lignes hameçonnées. Cette technique de pêche est surtout pratiquée par les petits bateaux de pêche de moins de 12 mètres. Une ligne est reliée au navire, où sont fixés les hameçons, qui sont munis d’appâts vivants ou artificiels. Le bateau laisse trainer la ligne et attrape l’espèce ciblée. Les deux principales espèces pêchées sont le bar et le lieu jaune. En saison on peut également pêcher le maquereau, la dorade et le thon.

La palangre est une technique de pêche passive constituée d’une très longue ligne mère, sur laquelle sont fixés de nombreux hameçons appâtés. La palangre est ancrée au fond de la mer ou est dérivante. Les espèces recherchées sont le congre, la julienne, le cabillaud et le bar.


Pêche à la palangre
Crédit : FAO

Les techniques de pêche aux crustacés et coquillages

La pêche au casier

Cette technique de pêche passive est utilisée pour les coquillages et les crustacés. Les pêcheurs déposent les casiers appâtés en mer la veille et les relèvent le lendemain. Ils se composent d’une armature recouverte d’un filet. Le casier est ainsi conçu qu’une fois que le crustacé est entré, il ne peut plus en ressortir. Toutefois, ils permettent une grande sélectivité, car ils sont adaptés aux espèces ciblées. Les prises accessoires sont très faibles.


Casiers
Crédit : FAO

La pêche à la drague

Les navires qui pratiquent cette technique de pêche mesurent entre 7 et 16 mètres de long, et sont polyvalents. Ils peuvent s’adapter aux ressources des zones de pêche et à la saisonnalité des espèces. Ce type de pêche est très réglementé, et ne peut être pratiqué que dans des zones spécifiques, les gisements naturels marins de coquillages.

Cette technique est utilisée pour capturer les coquillages vivant sur les fonds marins, notamment les coquilles Saint-Jacques, les vernis, les pétoncles, les oursins, les praires et les palourdes.

Les dragues sont des engins à mailles rigides trainés sur les fonds marins pour déterrer les coquillages. Il existe deux types de drague, qui s’adaptent aux reliefs marins. La drague bretonne est utilisée pour les fonds peu accidentés, alors que la drague anglaise est utilisée sur les fonds rocheux car elle est plus souple.


Dragues
Crédit : FAO

La pêche à pied

La pêche à pied se pratique à terre, sur le sable ou la vase. Les pêcheurs peuvent pratiquer cette activité à la main, ou avec des instruments mécanisés comme des dragues à roulettes.

Les espèces péchées sont principalement des coquillages et des crustacés.

Les différentes espèces pêchées

Les espèces démersales


Les espèces démersales vivent sur le fond marin ou dans les eaux profondes.
Ce sont généralement des poissons plats

Les espèces pélagiques


Les espèces pélagiques sont les poissons migrateurs qui se déplacent en bancs et vivent près de la surface ou entre deux eaux.

 Les espèces amphihalines


Les espèces amphihalines sont les poissons dont une partie du cycle de vie se déroule en mer et en rivière