LA PÊCHE,
UN SECTEUR D'AVENIR

Aspects Environnementaux

La filière pêche européenne travaille en étroite collaboration avec la communauté scientifique pour s’assurer que leurs prises respectent la disponibilité des ressources. Les pêcheurs sont les premières sentinelles de l’environnement, et sont les premiers responsables de la gestion des ressources. Le secteur continue à coopérer de façon intensive avec la FAO, le CIEM et l’Ifremer, en embarquant leurs observateurs à bord de leurs bateaux. Cette collaboration permet au secteur et aux autres parties prenantes d’acquérir toujours plus de connaissances et de données fiables sur l’état des stocks.

Selon les scientifiques, de plus en plus de zones sont protégées, et les stocks se recomposent, grâce au rôle actif joué par les pêcheurs dans les discussions sur les quotas et sur la préservation des écosystèmes marins vulnérables. 12 037 km² d’écosystèmes vulnérables sont désormais protégés dans les eaux européennes. D’ailleurs, la surface totale des zones protégées est équivalente au territoire de la Belgique. La tendance actuelle pour les pêcheurs européens est de pêcher moins loin et moins profond qu’au cours des années passées. Leurs efforts se reflètent dans le RMD des espèces pêchées, qui augmente.

Les écosystèmes marins durables sont vitaux pour le futur de la filière halieutique.

Les écosystèmes marins sont aussi vulnérables que les espèces prises individuellement. La filière, dans son intégralité, définit et gère son impact sur ces écosystèmes, pour résoudre les problèmes aujourd’hui et prévenir de futurs déséquilibres. Cela requiert une gestion et une vision à long-terme, et des actions continues, en proche collaboration avec les scientifiques et les décideurs politiques.

shutterstock_157700399